Qynapse au 20h de France 3

Le 20 septembre 2018, Qynapse était à l’honneur sur France 3 dans le cadre de la diffusion d’un reportage sur la maladie d’Alzheimer et les nouvelles technologies de diagnostic.

Le reportage TV, diffusé pour la Journée Mondiale de lutte contre la maladie d’Alzheimer, traite de la manière dont l’intelligence artificielle peut aider les neurologues en complément du développement de nouveaux traitements thérapeutiques. De manière très pédagogique, il est question des possibilités offertes par l’imagerie médicale pour mieux comprendre l’impact des maladies comme Alzheimer sur le cerveau humain.

Le reportage donne la parole au professeur Bruno Dubois, neurologue et directeur de l’Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (IM2A) à l’hôpital universitaire de la Pitié-Salpêtrière à Paris, ainsi qu’à Olivier Courrèges, PDG de Qynapse, pour présenter QyScore®.

Qynapse cité dans le Livre Blanc du Conseil National de l’Ordre des Médecins

La participation de Qynapse au reportage de France 3 faisait suite à la publication du Livre blanc sur la médecine du futur « Médecins et patients dans le monde des data, des algorithmes et de l’IA ». Publié par le Conseil National de l’Ordre des Médecins, il établit 33 recommandations pour l’avènement d’une société numérique au service des  professionnels de santé et des patients.

Qynapse est présentée parmi les start-up les plus avancées dans le champ du diagnostic et du suivi thérapeutique automatisés, tirant profit du potentiel des « big data » (extrait ci-dessous).

Extrait sur Qynapse – Conseil National de l’Ordre des Médecins

La jeune société [Qynapse] issue de la plateforme de neuro-imagerie Cati a l’ambition d’utiliser l’intelligence artificielle pour aider au diagnostic, prédire l’évolution clinique et mesurer l’efficacité des traitements des maladies du système nerveux central. Elle déploie actuellement dans les hôpitaux un premier outil qui permet aux radiologues et aux neurologues d’affiner leur diagnostic dès le début de la maladie : elle exploite les données IRM du patient afin de mesurer automatiquement des biomarqueurs, paramètres ensuite comparés aux informations des bases de don nées hospitalières. Un second outil, en cours de développement, visera à prédire l’évolution du patient. ”

Livre blanc, Janvier 2018