Journée mondiale pour la Maladie d’Alzheimer : la neuroimagerie et l’intelligence artificielle offrent de nouvelles perspectives pour les patients


La maladie d’Alzheimer touche plus d’1 million de patients en France et ce chiffre pourrait doubler d’ici 20501. L’année 2020, synonyme de la crise sanitaire mondiale de la COVID-19, touche particulièrement les personnes fragiles et plus fortement encore les patients atteints de maladies neurodégénératives2. Cette crise affecte également les efforts de la Recherche contre la maladie d’Alzheimer ainsi que la prise en charge des patients. De nouvelles solutions doivent être trouvées, notamment digitales, pour assurer au mieux le suivi des patients Alzheimer et la bonne continuité des études cliniques.

Mais l’année 2020 est aussi synonyme d’espoir pour les patients et les aidants, une étude ayant montré récemment qu’une molécule pouvait agir significativement sur les lésions cérébrales associées à la maladie, et induire un impact positif sur la cognition, la mémoire et l’autonomie3. Cet espoir fait naître de nouveaux besoins : pour pouvoir à terme prescrire ce traitement au bon patient et à un stade précoce de la maladie, il faudra être capable de différencier plus tôt et plus largement les bons profils de patients.

Dans ce contexte, l’innovation tient une place majeure pour préparer et accompagner ces changements, notamment grâce à l’essor de l’Intelligence Artificielle (IA).

Selon le professeur François Cotton, neuroradiologue, chef de pôle de l’imagerie des Hospices Civils de Lyon (HCL) et président de la Société Française de Neuroradiologie (SFNR), « L’IA va devenir importante pour aider les médecins dans la prise en charge des patients et répondre aux nouveaux enjeux cliniques, en permettant l’analyse et la comparaison de très grandes quantités de données d’imagerie, de biologie ou d’éléments cliniques entres elles. Grâce à la performance des algorithmes d’IA, de nouveaux biomarqueurs très précis à l’échelle du patient, vont aider et guider les médecins dans leurs décisions pour une prise en charge optimale et personnalisée. »

Qynapse est fortement engagée dans l’innovation au service des maladies neurodégénératives, et particulièrement de la Maladie d’Alzheimer. « En associant les dernières avancées de la neuroimagerie et des algorithmes d’intelligence artificielle, nos solutions représentent des outils puissants au service du diagnostic, du suivi et de la prise en charge des patients Alzheimer. Nous travaillons depuis plusieurs années aux côtés de cliniciens spécialisés de renom pour développer et valider nos solutions, afin que celles-ci s’intègrent efficacement dans le parcours de soin des patients », souligne Olivier Courrèges, CEO Qynapse.

L’année 2020 marque un tournant dans le développement de Qynapse à l’international avec l’approbation par l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) de notre premier dispositif médical, QyScore®, pour son utilisation en routine clinique. Déjà approuvé depuis quelques années en Europe, il est utilisé dans plusieurs centres cliniques pour assister les neurologues et les radiologues, en leur fournissant des analyses quantitatives robustes de marqueurs d’IRM cérébrales, qui interviennent précocement dans le processus des maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer.

Selon le Pr. Bruno Dubois, professeur de neurologie à l’université de la Sorbonne et directeur de l’Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (IM2A) à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris, « La quantification automatisée de marqueurs représente une technologie essentielle pour analyser des IRMs de patients de manière plus précise et rapide. Pour la maladie d’Alzheimer par exemple, l’analyse du volume de l’hippocampe, permet de détecter plus facilement et systématiquement les patients à un stade très précoce de la maladie, où les symptômes cognitifs sont encore peu visibles. C’est une aide majeure pour une meilleure identification des patients à risque d’évoluer vers la maladie d’Alzheimer, et cela bénéficie également à l’entourage du patient. »

En plus de son utilisation en routine clinique, le logiciel QyScore® est également utilisé dans le cadre d’un essai clinique d’un nouveau médicament prometteur pour la maladie d’Alzheimer. L’impact attendu de cette solution s’inscrit donc au-delà d’un meilleur diagnostic et d’un suivi plus personnalisé des malades ; elle permettra peut-être aussi à terme de contribuer à la mise sur le marché de nouveaux médicaments pour traiter la maladie.

Enfin, Qynapse investit une grande partie de ses ressources dans la recherche, pour développer de nouveaux logiciels qui utiliseront des données biologiques et cliniques, en plus des données d’imagerie. « Grâce à des algorithmes de machine learning, ce type de solutions permettra de mieux caractériser les profils de patients, pour aider les cliniciens à anticiper l’évolution clinique et personnaliser leur prise en charge. » conclut Olivier Courrèges.



Références :
1. 2019 Yearbook “Estimating the prevalence of dementia in Europe”, Alzheimer Europe
2. Ferini-Strambi L, Salsone M. COVID-19 and neurological disorders: are neurodegenerative or neuroimmunological diseases more vulnerable? [published online ahead of print, 2020 Jul 21]. J Neurol. 2020;1-11.
3. Budd Haeberlein S, von Hehn C, Tian Y, et al. EMERGE and ENGAGE Topline Results: Two Phase 3 Studies to Evaluate Aducanumab in Patients With Early Alzheimer’s Disease. Presented at: 12th Annual CTAD Meeting; December 4-7, 2019; San Diego, CA.